DSC06099

Réflexion sur la ville intelligente
3 et 4 septembre 2012, Paris

Les questions posées en préalable :
> Comment déterminer un ensemble de critères, boîtes à outils, cadre de référence pour conseiller les villes sur la façon de construire de «l'intelligence urbaine» sur leur territoire
> Quel est le rôle des intelligences urbaines dans l'attractivité des territoires;
> Quelle est la part du numérique dans la fabrication d'une ville durable et responsable

… Bref récapitulatif des premières conclusions :
>> s'interroger sur les politiques de la donnée comme bien commun
>> l’individu comme finalité du déploiement des intelligences urbaines
>> importance du modèle économique dans la diffusion des intelligences urbaines
>> le numérique comme accélérateur des ruptures de l’éco-système urbain conventionnel et de la mutation des fondamentaux économiques et industriels.

icone-pdf

 

Pour en savoir plus téléchargez ici le document.

 

Faire parler les données : où se trouvent les limites des intelligences urbaines ?
Les médias sociaux, les ordinateurs de grande puissance, les flux de données haut débit par fibre optique, l'internet, le "nuage" informatique, les capteurs et les téléphones mobiles sont, parmi d'autres, les composants d'une infrastructure «intelligente», ou numérique, plus puissante chaque année, et qui permet la communication homme / homme, homme / machine et de plus en plus machine / machine. Ces intelligences, à la disposition des responsables urbains, facilitent l'exploitation de données numérisées qui sont une aide à la résolution d'un grand nombre de problèmes de gestion, tels que la performance des
réseaux d’énergie, de surveillance, ou de transport. Ces intelligences sont aussi une occasion pour développer de nouveaux services, d'influencer les conditions de travail, de contrôler les rejets atmosphériques, de prévenir les désastres naturels, etc. Une ville «intelligente» serait celle qui grâce à l'application stratégique des NTIC peut offrir de nouveaux services aux habitants et aux entreprises ou mieux gérer ses infrastructures. (Arup Accenture)

Il est temps de reconnaître l'apport économique, urbanistique, et social des notions de Ville Intelligente. La ville portée par la technologie est une source encore inexploitée de croissance durable et se présente comme un outil puissant pour faire face à des défis environnementaux et économiques sans précédent. En libérant la technologie, les infrastructures intelligentes et les données publiques, les villes peuvent créer de nouvelles chaînes de valeur engendrant des applications neuves et des services d'information qui rendent possibles des modes de vie et de travail différents. Bien que de nombreuses initiatives de ville intelligente soient en cours à travers le monde, la plupart des villes n'ont pas encore pris conscience du potentiel de développement d'une ville mieux intégrée et plus performante. « Nous croyons que, grâce à une vision claire, les autorités publiques, les collectivités peuvent aider les territoires à faire une transition vers des initiatives qui maximisent les opportunités et la valeur de la Ville Intelligente. (Information Marketplaces: The new economics of cities, Accenture, Arup and the University of Nottingham)

Le numérique est aujourd’hui le point d’entrée de nouvelles ambitions territoriales, sociales et économiques. Il s’agit d’une question sociale en ce qu'elle fait appel à la participation collective et démocratique des usagers, mais c'est aussi une question politique qui interroge la gestion et la gouvernance urbaine et son évolution.

Phénomène médiatique ou pas, il existe une économie grandissante qui entoure le développement des villes intelligentes. Le marché mondial des technologies liées aux projets de « smart city » sera multiplié par cinq au cours des cinq prochaines années, passant de 8 milliards de dollars en 2010 à plus de 39 milliards de dollars (27 milliards d’euros) en 2016. (Andrew Nusca)

Malgré cet optimisme technique, les décideurs locaux sont aujourd'hui interrogatifs et perplexes sur la façon d'aborder la place des grandes infrastructures numériques dans la ville, notamment quand on leur explique qu’il n’y a le choix qu’entre une seule solution (Gérard Magnin). Il est important de dédramatiser la question des intelligences urbaines, de calmer le jeu sur la magie du numérique dans la ville, c'est à dire de poser seule question qui vaille : pour qui, pour quoi la ville de demain?

Cinq actes pour une dédramatisation :
1/ les intelligences urbaines plus qu'une question de definition
2/ L'optimisation de la ville existante par le numérique
3/ La fabrication de la ville par (avec) le numérique
4/ Les finalités du numérique urbain
5/ Politique du numérique: initiative publique ou privée pour une ville intelligente ?

Retour à la page précédente


Association Internationale de Développement Urbain

Une association internationale de membres qui partagent connaissances, expériences et savoir-faire pour un développement urbain intégré.  // EN SAVOIR PLUS