habitatInclusifL'INTA, en partenariat avec Récipro-cité et Autisme Rhône Lyon Métropole, a organisé son 13 INTAkawa sur l'habitat inclusif pour les personnes autistes, le 16 mai 2018. Cette solution se présente comme une solution alternative entre la vie autonome à domicile et la vie collective en institution, qui permet à la personne en situation de handicap d'habiter dans un logement personnel sans brader les besoins spécifiques d'aide, d'accompagnement et de veille, en assurant en plus son insertion dans le voisinage et la vie de quartier. 

Cette solution est aujourd'hui peu développée, et constitue un champ d'innovation nécessaire pour l'inclusion de chacun dans la ville ; il est donc important d'imaginer des moyens de la mettre en oeuvre, en dessinant une voie modèle autour des partenariats et des procédures à créer, et des solutions concrètes pour la réalisation de cet habitat adapté à l'autisme. 

IMG 4757 copie

 

Habitat intermédiaire et habitat inclusif:
Observées de deux perspectives sectorielles distinctes, les formules dites d'habitats intermédiaires à destination des personnes âgées, d'habitat intergénérationnel, etc. et les formules dites d'habitats inclusifs à destination des personnes handicapées répondent à un seul et même mouvement sociétal : un désir d'inclusion sociale, d'indépendance de choix, de lien social, etc. de la part d'individus confrontés, d'une façon ou d'une autre, au handicap ou à la perte d'autonomie. De l'hébergement institutionnel, elles retiennent l'insertion dans un collectif pourvoyeur de lien social, les services mutualisés, la sécurité, les animations... Et du maintien à domicile la liberté et l'indépendance, l'inclusion sociale, dans un milieu, autant que faire se peu, « ordinaire ».
Ces formes d’habitat, plus souples, et aussi parfois plus économiques pour des personnes handicapées aux revenus souvent modestes, apportent une réponse complémentaire au logement ordinaire et à l’hébergement en institution.

Pour satisfaire cette demande, une diversité de formes de logement avec services associés se développe (...).""Il s’agit d’habitats se situant hors de la législation relative aux établissements et services sociaux et médicosociaux, le plus souvent construits dans le cadre de partenariats impliquant des bailleurs sociaux, des collectivités, des associations, des représentants de la société civile et les personnes elles-mêmes. Ces réalisations développent par ailleurs des dispositifs d’accompagnement à la vie sociale spécifiques et non médicalisés. Solidarité collective et autonomie de décision caractérisent ainsi ces nouvelles formes d’habitat. Une multitude de termes émerge pour tenter d’appréhender la diversité de cette offre elle-même émergente : habitat regroupé autogéré, habitat participatif, habitat coopératif, habitat solidaire, etc.

Bien que très diverses dans leurs dénominations et modalités, ces différentes formes d’habitat inclusif ont trois caractéristiques communes :
1° L’habitat inclusif repose sur une organisation qui fait du lieu d’habitation de la personne en situation de handicap son logement personnel, son « chez soi »,
2° L’habitat inclusif conjugue, pour la personne en situation de handicap, la réponse à son besoin de logement et la réponse à ses besoins d’aide, d’accompagnement et, le cas échéant, de ce qu’il est convenu d’appeler la « surveillance »,
3° L’habitat inclusif vise toujours, en prenant en général appui sur la vie organisée à plusieurs, une insertion active dans le voisinage, la vie de quartier, l’environnement de proximité."
(Ministère des Solidarités et de la Santé, présentation de la démarche nationale en faveur de l'habitat inclusif pour les personnes en situation de handicap).

En partant de la notion d'habitat inclusif, les ateliers ont permis aux participants de réfléchir aux enjeux spécifiques de ce type de logement. La difficulté de déterminer les besoins de chaque personne a notamment été relevée, ainsi que la nécessité d'une pérennité de l'offre d'habitat inclusif. Les questions de détermination de l'autonomie de chacun, ainsi que le réel bénéfice de la mixité, ont été soulevées.

Il ressort de ces ateliers que plusieurs problématiques doivent être abordées pour que l'habitat inclusif fonctionne pleinement. Afin que ce soit une solution pertinente pour l'inclusion des personnes autistes à la ville, il est nécessaire que le projet soit bien pensé et prenne en compte toutes les spécificités à ajuster pour que l'habitat soit réellement inclusif, aussi bien en matière de besoins exprimés pour les personnes autistes comme pour les aidants professionnels et familiaux, qu'en matière d'adaptation du logement, services dédiés et l'inclusion de cet habitat dans son environnement bâti et urbain.

 // Télécharger la synthèse complète

// En savoir plus sur l'Habitat inclusif

A la suite de cet atelier, Recipro-Cité, en partenariat avec l'Université Lyon 3, a organisé un forum d'innovation "l'habitat intergénérationnel, entre habitat inclusif et habitat participatif", le 26 juin à Lyon. A cette occasion, le Secrétaire général de l'INTA a pu exprimer la position de l'INTA sur la prise en compte de la santé et du bien-être en ville et le lien entre urbanisme et santé dans une acception large qui prend en compte les solutions et nouveaux modes d'habiter au coeur des discussions de ces 2 événements. C'est aussi connecter innovations et solidarités, et pour ce faire le nécessaire besoin de nouveaux mécanismes de partenariats, réellement redistributeurs, ainsi que de nouvelles coalitions d’acteurs, publics, privés, entrepreneuriaux, issus de la société civile, et du monde académique. Les échanges menés et la présence d'acteurs de tous ces champs lors de ces 2 événements montrent les prémices de ces coalitions. Mais la route est encore longue.

// En savoir plus sur le Forum

Retour à la page précédente


Association Internationale de Développement Urbain

Une association internationale de membres qui partagent connaissances, expériences et savoir-faire pour un développement urbain intégré.  // EN SAVOIR PLUS