Saint Fons PanelQuels leviers pour recréer de la valeur ? Quelles conditions pour renouveler l’attractivité résidentielle de Saint-Fons ?

Ce questionnement central a constitué le point de départ de la réflexion pour l’élaboration du Plan guide « Territoire Nord de Saint-Fons » confié par la Métropole de Lyon à l’Agence d’urbanisme de l’aire métropolitaine lyonnaise en 2017.

La Ville et la Métropole souhaitent enrichir et partager largement ce plan guide en le confrontant à l’expertise d’un panel international de praticiens de l’urbain constitué par l’INTA. La démarche, sous la forme d’un partage de pratiques et d’expériences, devra permettre de formaliser les choix stratégiques et prospectifs porteurs du renouveau de Saint-Fons et de l’affirmation de sa vocation de ville de 1ere couronne. Le panel interviendra du 17 au 23 mars 2019.

Les principaux défis et questionnements pour recréer de la valeur à Saint-Fons :

> Construire la stratégie urbaine élargie et le positionnement territorial : les relations de Saint fons au territoire métropolitain (banane Grand Est – agrafe urbaine à Lyon) / les atouts mobilisables ; les leviers d’attractivité du territoire…

  • Mettre en réseau Saint-Fons et les grands sites métropolitains (Le Puisoz, parcs d’agglo…)

> Saint Fons, territoire robuste et résiliant : placer les questions de mobilité au cœur du projet agenda 2030

  • Renforcer significativement l’accessibilité de Saint-Fons au réseau métropolitain de transport en commun et aux pôles d’échange multimodaux les plus proches (Gerland et gare de Vénissieux).
  • Donner corps à un « corridor de développement Est-Ouest» structurant entre Lyon Gerland, Saint-Fons et Vénissieux

> Repenser les rapports entre ville et industrie / impulser un nouvel élan économique : en particulier industrie chimique, reconversion des friches …

> Changer l’image de la ville / promouvoir un positionnement / créer de la valeur

Contexte métropolitain

La Métropole de Lyon à horizon 2030 : une agglomération attractive, équilibrée et solidaire
Issue de la loi MAPTAM (Loi de Modernisation de l’Action Publique Territoriale et d’Affirmation des Métropoles), la Métropole de Lyon, créée au 1er janvier 2015, fusionne les compétences de la Communauté urbaine de Lyon et du Conseil général du Rhône sur le périmètre des 59 communes du Grand Lyon. Elle compte 1 296 000 habitants en 2010 dont 12% en quartiers prioritaires de la politique de la ville.

Le SCOT 2030 définit pour l’agglomération lyonnaise deux grandes orientations de développement :

1. Un développement urbain intense et équilibré qui s'appuie sur:

  • Une croissance économique et résidentielle soutenue, repensée dans son organisation et renouvelée dans ses formes, moteur du projet de l’agglomération avec quatre pôles de compétitivité dont un à vocation mondiale, de grands équipements et évènements au service du développement et rayonnement (Biennale de la danse, et d’art contemporain, Festival Lumière, …), une offre d’accueil en zones d’activités et pôles tertiaires (Confluence, Carré de Soie, Part-Dieu, Gerland) ;
  • La nécessité d’une plus grande solidarité territoriale et sociale pour lutter contre les exclusions et renforcer le vivre ensemble dans une agglomération dont les valeurs ont été marquées par une longue tradition humaniste : une croissance démographique et résidentielle soutenue avec l’accueil de 150 000 habitants supplémentaires s’appuyant sur une augmentation de 15% du rythme de construction, un effort significatif en matière d’attractivité résidentielle avec une offre de logements diversifiée localisée dans les polarités urbaines et proche des transports en commun et une production accrue de logements sociaux dans les secteurs les moins pourvus ;
  • Une qualité environnementale à la fois comme facteur de développement et comme déterminant essentiel de la qualité de vie et de la santé des habitants ;


2. Une agglomération durable, fondée sur une organisation multipolaire et structurée autour de trois grands réseaux: 
le réseau vert des espaces naturels et agricoles, le réseau bleu des fleuves, le réseau des transports collectifs. 

Contexte du projet intégré de Saint Fons

La Commune de Saint-Fons, malgré un positionnement en première couronne de Lyon, connaît un déficit d’attractivité important en raison de la présence d’industries lourdes et du risque inhérent qui marquent son territoire et par les nombreuses coupures urbaines qu’elle subit : autoroute, « boulevards urbains » Laurent Bonnevay et Sud, voies ferrées, la topographie. Ces coupures ne sont compensées ni par une offre de transport en commun de haut niveau ni par une structure urbaine de qualité : déficit d’espaces verts, ancienneté du bâti peu requalifié, difficultés pour se repérer dans son environnement.

st fons resmetropole

 

Ce manque d’attractivité se mesure à la fois par un solde migratoire déficitaire compensé par une dynamique de natalité très forte, et par l’arrivée sur son territoire de populations de plus en plus précaires, souvent par défaut plus que par choix. Malgré cela, Saint-Fons dispose d’atouts importants, la situation géographique en première couronne, un maillage de commerces et de restauration dense qui attire une population active nombreuse sur la pause méridienne, un tissu faubourien qui est un vrai potentiel et qui lui donne une identité forte, un maillage de services publics et associatifs important même s’il manque de lisibilité, des solidarités et dynamiques locales ou encore sa jeunesse.

Pour autant, l’offre de services publics autres que ceux portés par la Ville ou la Métropole se réduit ou est en retrait au regard des besoins. Des permanences ferment, des services se dématérialisent, l’accès en est plus compliqué pour les populations les plus fragiles. La population concentre les difficultés et se paupérise : faibles ressources, creusement des écarts avec l’agglomération, faible niveau de qualification, taux de chômage nettement supérieur aux moyennes locales et nationales. La précarité est accrue par un accès aux droits complexifié tant par des problèmes de langue (population étrangère proportionnellement la plus forte du département) que par l’accumulation de difficultés.

La population, tout comme les professionnels du territoire ont, pour de multiples raisons, des difficultés à établir des liens forts avec le centre de l’agglomération (mobilité complexe, dispositifs orientés vers l’Est ou le Sud, habitude d’autonomie sur un territoire longtemps riche de la manne financière apportée par son industrie florissante).

Saint-Fons a tout au long de son histoire été un territoire d’expérimentation et d’innovation.

Les exemples sont nombreux tant dans le champ de l’éducation que de la culture ou encore de l’économie, de l’emploi et de l’insertion. Cette caractéristique mériterait d’être davantage mise en valeur et capitalisée pour que ce territoire qualifié de « plus petite des grandes communes de l’agglomération » puisse trouver la reconnaissance et l’image qui correspondent aussi à ses forces.

>> Voir la liste de nos panélistes <<

Retour à la page précédente


Association Internationale de Développement Urbain

Une association internationale de membres qui partagent connaissances, expériences et savoir-faire pour un développement urbain intégré.  // EN SAVOIR PLUS