De la signature du Protocole de Kyoto au Sommet de Durban, en passant par les rencontres de Cancun et Copenhague, les Etats membres de l'Organisation des Nations Unies ont tenté de surmonter le défi de combiner développement économique et protection environnementale. Toutefois, les écarts sociaux et économiques qui existent entre les pays développés et en développement mettent en évidence la nécessité de nouveaux accords adaptés à la réalité de chaque territoire.

Le Sommet de la Terre à Rio en 1992 nous a montré une nouvelle direction à prendre pour faire de la ville un modèle viable d'habitat humain durable. Les accords issus de cette conférence ont permis d'établir un certain nombre de mécanismes tels que les Agendas 21, outil de gestion pour la planification urbaine. Les progrès accomplis depuis cette époque ont été importants, cependant, vingt ans plus tard, tout reste à faire. Le monde, de plus en plus urbanisé, et de plus en plus complexe, doit faire face à trois facettes visibles d'une crise: économique, sociale et environnementale, qui sont des signes de plus en plus clairs d'un changement d'époque et d'une nécessaire transition vers une nouvelle culture urbaine.

La prochaine Conférence sur le développement durable qui se tiendra à Rio de Janeiro (Rio +20) met en évidence la nécessité d'une transition vers une «économie verte». Cela ouvre une opportunité sans précédent pour tenir compte de l'échelle territoriale pertinente et développer des activités économiques qui permettent d'améliorer la cohésion régionale en intégrant des mesures de récupération et / ou de préservation de l'environnement dans la planification du développement.
La prise en compte des questions environnementales dans la gestion des territoires nécessite l'application de la notion de développement durable comme matrice directrice pour la mise en œuvre des politiques et des outils qui mettent l'accent sur la réduction des impacts négatifs de l'activité humaine sur la planète et ses écosystèmes.

redes energiasRéseaux locaux d'énergie

Les réseaux locaux d'énergie couvrent un large éventail de situations, ceux-ci comprennent la production sur place, les réseaux de distribution, la décentralisation de la production, etc. Ces réseaux locaux d'énergie sont une occasion pour les autorités locales de réduire la consommation d'énergie et de développer des alternatives basées sur des sources d'énergie renouvelables. La demande d'énergie dans les grandes villes peut rendre les réseaux énergétiques locaux des projets économiquement viables tout en avançant vers l'efficacité énergétique.

Quelles sont les opportunités dans les villes en développement?

Quelles sont les étapes essentielles pour la mise en œuvre des réseaux locaux d'énergie?

Gestion residuosGestion durable des déchets

La gestion durable des déchets a prouvé la production d'importants bénéfices économiques, sociaux et environnementaux: économies d'énergie et de ressources naturelles, créant d'emplois et d'entreprises, transformation et engrais agricoles, réduction des émissions de gaz à effet de serre, et contribution significative à l'inclusion sociale et l'équité.

Comment permettre une meilleure utilisation des capacités de l'espace urbain et offrir davantage de possibilités pour une économie verte?

Comment les villes contribuent-elles à accroître les taux de recyclage actuels de tous les types de déchets?

metro bogotaTransport et développement régional équilibré

En matière de transports, l'investissement dans des solutions écologiques telles que la mise en place de réseaux de transports publics, de systèmes interurbains et régionaux accessibles, fiables et abordables peuvent contribuer sensiblement à réduire la pauvreté en donnant aux gens les moyens de vivre dans les territoires et obtenir des possibilités d'emploi, d'éducation, et de santé.
Réduire les temps moyens de parcours signifie réduire la distance. Des villes comme Bogota, Medellin et Quito montrent des résultats impressionnants dans la relation entre les gens et leur environnement (physique et social) à partir de politiques de mobilité qui favorisent les transports publics.

Est-ce que les solutions lourdes, centralisées sont-elles les mieux adaptées à la situation de grande fragilité environnementale, sociale et économique des villes en développement?

Cette discussion se poursuivra lors de la table ronde internationale qui aura à Piura, Pérou, en avril 2012

Retour à la page précédente

Techno2



bannerTechno